Notre expérience personnelle nous a amenée à choisir la permaculture comme système de réflexion dans notre exploitation, c’est particulièrement efficace et pour nous, la permaculture n’est pas une boite à outil ou un livre de trucs et astuces pour jardinier innovant. Il y a un lien évident entre la permaculture et l’agriculture biologique mais contrairement au BIO, la permaculture n’a pas de label et surtout il n’y a aucune recette miracle répondant à un cahier des charges. C’est d’ailleurs son plus grand intérêt…

La permaculture est une méthode de conception de systèmes (aménagement, planification, organisation), son obsession est l’efficacité soutenable écologiquement ET économiquement. La permaculture c’est l’adaptation la plus parfaite d’une intelligence à son terroir et à son porte-monnaie. C’est donc le juste retour du « bon sens paysan » qui a pourtant été  moqué pendant les cinquante dernières années.

Pourquoi la permaculture est-elle adaptée à la culture du safran ?

 

En France, la culture du safran se fait globalement sur de petites surfaces et il y a peu de mécanisation possible. C’était donc assez simple de mettre en place les principes de la permaculture. Il faut aussi avouer qu’il est plus simple de travailler quelques grammes de safran que de manipuler des tonnes de pomme de terre.  Notre conception des choses : transformer le moins possible notre produit. Au même titre que pour notre production, nous ne travaillons que peu notre terre. Nous laissons la nature faire son œuvre et nous dévoiler ses saveurs, nous accompagnons plus que nous ne dirigeons.

Les principes de base que nous appliquons à « brut de safran » sont ceux-ci :

  • Réfléchir avant de faire,

 

Dans notre cas, nous avons essayé plusieurs techniques avant de décider de créer des buttes de culture. Pourtant, notre terre ne nous y obligeait pas, la construction de la butte était un énorme gouffre de temps et d’énergie mais nous avons pris du recul sur notre activité et nous avons analysé les choses ainsi :

 

-          Nous ne sommes plus tout jeune et le plus gros de nos douleurs vient du travail au niveau du sol qui use le dos et fatiguent les genoux.

 

-          La construction des buttes est très énergivore MAIS elles sont construites pour des dizaines d’années et nous permettent maintenant de travailler debout.

 

-          Notre terre est très drainante MAIS elle est assez pauvre. La construction de ces buttes nous permettra donc de faire des apports important de compost et de fumier sur des petites zones, ce qui nous permettra d’être plus économe et efficace.

 

Après une longue réflexion, un gros travail de terrassement, aujourd’hui les résultats sont là ; nous avons fait disparaitre les récoltes fastidieuses au sol et nous avons pu densifier de façon très importante notre plantation. Nous avons donc ainsi rendu notre exploitation plus rentable. La permaculture est une réflexion de chaque instant.

 

  • L’ensemble plus que le détail,

 

Dans notre cas, lorsque nous faisons la récolte nous pensons à faciliter l’émondage. Lorsque nous avons fini la récolte des bulbes, nous envisageons déjà comment faire pour optimiser la plantation dans quelques semaines. Cela prend parfois des chemins détournés, et nous avons par exemple mis plusieurs récoltes  à nous rendre compte que le manche de notre râteau était trop long… Ce simple coup de scie de quelques secondes a été le résultat d’une intense réflexion et surtout un retour d’expérience extraordinaire. Depuis nous ne cessons de gagner du temps et surtout de la fatigue et chaque fois nous sourions de ce simple coup de scie si tardivement venu. La permaculture est une remise en cause permanente.

 

  • Donner à chaque geste une importance plus grande encore

 

C’est pour nous l’aspect le plus important peut être ou en tout cas certainement le plus essentiel. C’est le fondement de chacune de nos réflexions. Le plus simple est de vous donner un exemple :

Le travail de safranier peut être fastidieux, surtout quand on parle désherbage. Ce sont de longues heures qui usent le corps et épuisent le moral. Longtemps nous avons cherché une solution. Aujourd’hui nous avons décidé de planter des légumineuses dans notre safran. Pourquoi ?

Et bien, au lieu de pailler bêtement, nous profitons de  l’espace aérien libre pour faire de généreuses récoltes qui ensuite nous donneront un engrais vert de première qualité. Nous avons donc remplacé de longues heures pénibles de désherbage, par une récolte, un paillage et un engrais. Qui dit mieux…

 

Pour nous, la permaculture n’est pas une autre façon écolo-bobo de faire du jardinage ; mais c’est bel et bien une nouvelle façon de penser son économie domestique et sa vie.

Avec cette vision des choses, nous n’avons donc recours à aucun appareillage mécanique. Un râteau et une simple pelle nous suffisent. Nous n’utilisons pas d’arrache patate pour déterrer nos bulbes. Nous respectons ce que la nature nous a donné; en travaillant ce merveilleux produit intégralement à la main. Chez « brut de safran » un bulbe est précieux et quelques soit sa taille nous cherchons à le préserver et à le faire grandir.